Perdre du Poids Rapidement

Tous les articles du web pour savoir comment perdre du poids

Courir à jeun permet il de maigrir ?

/
/
/

Courir à jeun fait-il progresser ?

Beaucoup d’entre nous pensent que la course à jeun permet de perdre quelques kilos et ainsi de progresser. Qu’en est-il vraiment ? Est-ce bénéfique ? Des médecins du sport nous éclairent.

Partir courir le ventre vide, au réveil, peut en effrayer plus d’un. Pourtant, la course à jeun aurait plusieurs vertus. La première concerne la perte de poids, même si les trois médecins que nous avons contactés ne s’accordent pas sur ce point.

Persuadé de ce bénéfice, Jean-Jacques Menuet, médecin nutritionniste du sport à Saint-Malo, s’explique : « Habituellement, les glucides (sucres) sont le carburant des muscles pour courir. Mais au réveil, l’organisme n’en a pas en réserve et va se retrouver piégé. À défaut de glucides disponibles, il va devoir puiser dans les lipides et donc brûler des graisses. »

Perte de poids ?

Martine Duclos, médecin du sport au CHU de Clermont-Ferrand, ne partage pas cet avis. « Pour maigrir, l’objectif est d’utiliser les lipides (graisses) plutôt que le glycogène (sucre) stocké dans les muscles, enseigne Martine Duclos. Mais il ne faut pas oublier que l’activité physique n’est pas uniquement l’effort. Elle est aussi composée de la phase de récupération, et lors de cette phase, d’environ 22 h, nous refaisons nos réserves. » En glycogène dans les muscles et en lipides dans les tissus adipeux.

La médecin va plus loin : « Il faut partir d’un postulat de base : l’activité physique en général ne permet pas de perdre du poids. Pour perdre ne serait-ce qu’un kilo, il faudrait (pour une personne de taille et poids moyen) courir « plus de vingt heures ». Selon François Carré, médecin du sport à Rennes, « aucune étude n’a montré que le footing à jeun avait des effets sur le poids. De plus, nous avons davantage faim après, donc cela n’a pas vraiment d’intérêt ! »

Intéressant pour les marathoniens

Lorsqu’une personne court à jeun, son organisme s’habitue à une situation difficile.

Lorsqu’une personne court à jeun, son organisme s’habitue à une situation difficile. | Squeeze/Pixabay

 

Si les avis des professionnels divergent quant au lien entre footing à jeun et perte de poids, tous s’accordent sur l’intérêt de la course à jeun pour les coureurs de longues distances, tels que les marathoniens ou ultra-trailers. « Courir à jeun permet de resynthétiser le glycogène dans le muscle et augmente la capacité du muscle à en stocker. Or, plus nos muscles en contiennent, plus on est capable de courir longtemps à une vitesse élevée », révèle Martine Duclos. De quoi gagner quelques minutes.

Par ailleurs, lorsqu’une personne court à jeun, son organisme s’habitue à une situation difficile. Il met en place des systèmes d’adaptation et « quand il se retrouvera dans cette situation lors d’une course de longue distance, comme un marathon, il n’aura qu’à remettre en place ce procédé qu’il aura assimilé », expose François Carré. Ainsi, le « mur du 30e kilomètre » sera plus aisé à affronter sur un marathon.

Des footings lents et longs

Il est conseillé de courir à faible allure à jeun.

Il est conseillé de courir à faible allure à jeun. | Pixabay

 

Courir à jeun, oui, mais comment ? « L’allure recommandée est un train d’endurance d’environ 10 km/heure, voire moins », conseille François Carré. Autant dire, un faible rythme « à lequel l’athlète est en capacité de parler », image Jean-Jacques Menuet. Seul le footing lent est utile, à jeun. « Le risque, sinon, poursuit-il, est de taper dans la matière même des muscles, c’est-à-dire dans les protéines. » Le fractionné à jeun, jugé trop traumatisant, est de ce fait à bannir.

Il est conseillé de boire suffisamment avant, pendant et après les footings à jeun et d’emporter avec soi une barre de céréales ou un morceau de sucre en cas de fringale, le principal risque du footing à jeun étant l’hypoglycémie. Les diabétiques, notamment de type 2, doivent de ce fait éviter ce type d’effort, tout comme les coureurs débutants. Seuls les runners aguerris sont invités à courir à jeun.

« La durée idéale d’un footing à jeun est d’environ 45 minutes à une heure, à hauteur de deux à trois fois par semaine maximum, et jamais deux jours à suivre », explique le médecin malouin qui conseille également aux sportifs la marche rapide à jeun ou encore le vélo à jeun. On se lance ?

Source link

(*) Liens affilés / Images en provenance de Amazon Product Advertising API