Perdre du Poids Rapidement

Tous les articles du web pour savoir comment perdre du poids

Courir enceinte : est-ce dangereux ou bénéfique ?

/
/
/

Peut-on courir quand on est enceinte ?

Peut-on courir quand on est enceinte

Peut-on toujours courir lorsqu’on est enceinte et jusqu’à quel moment ? Est-ce dangereux ou au contraire bénéfique ? Éclairage.

Courir en étant enceinte peut paraître antinomique, incompatible. « Pas du tout, au contraire ! », rétorque Matthieu Muller, gynécologue au Centre Hospitalier des Pays de Morlaix (22). Il s’agit d’une fausse idée. Il est tout à fait possible pour une femme enceinte d’aller courir. À quelques conditions…

Les six premiers mois seulement

Courir est uniquement autorisé en cas de grossesse normale, simple, et non-pathologique. « Il ne doit pas s’agir d’une grossesse gémellaire (grossesse à risques) », souligne le gynécologue. Il faut par ailleurs avoir déjà l’habitude de courir. Ce n’est évidemment pas la période pour commencer la course à pied.

Est-ce possible de courir tout au long de sa grossesse ? « Les deux premiers trimestres, il n’y a pas de souci », estime Martine Duclos, médecin du sport au CHU de Clermont-Ferrand. Soit les six premiers mois. « 20 semaines », affine le Dr Muller.

Ensuite, il est conseillé de poursuivre l’activité physique mais de se tourner vers des sports dits « portés », moins traumatisants et plus adaptés, comme la natation, l’aquabiking ou encore le vélo d’appartement (et non cyclisme en extérieur pour éviter tout risque de chute). La marche également, « 30 minutes 5 fois par semaine ».

De nombreux bienfaits pour la future maman et son enfant

Au-delà d’être autorisé, courir est vivement conseillé lors de cette période. Car les bienfaits pour la future maman et son bébé sont multiples. « Cela diminue le risque d’avoir du diabète gestationnel, de l’hypertension ou encore des douleurs lombaires, et augmente les chances d’accoucher par voies naturelles, sans avoir une césarienne », liste Matthieu Muller.

« Courir permet aussi d’améliorer l’irrigation du placenta et de limiter la prise de poids pendant la grossesse, complète Martine Duclos. Ce qui est important car une prise de poids excessive, c’est un risque pour le fœtus au moment de l’accouchement mais aussi après : elle peut engendrer un risque d’obésité chez l’enfant et du diabète de type 2. »

Résultat : une santé physique préservée et un moral reboosté. Courir aère l’esprit, fait du bien. « Cela permet de diminuer le risque de dépression pendant la grossesse », note la médecin du sport. Et augmente l’estime de soi.

Source

 

(*) Liens affilés / Images en provenance de Amazon Product Advertising API