Perdre du Poids Rapidement

Tous les articles du web pour savoir comment perdre du poids

Pourquoi perd-on plus difficilement du poids en vieillissant ?

/
/
/

Pourquoi perd-on plus difficilement du poids en vieillissant ?
Pourquoi perd-on plus difficilement du poids en vieillissant ?...

Force est de constater qu’une fois vos 30 ans passés, votre balance vous laisse de moins en moins le droit à l’erreur. Plus les années passent et plus vous vous confrontez à la double peine : vous prenez du poids seulement en regardant un pancake au sirop d’érable, et maigrissez bien plus difficilement qu’avant. Excusez-nous mais… Pourquoi ? Alexandra Rétion, médecin nutritionniste à Paris perçe le mystère.

Un métabolisme de base qui diminue

Le grand coupable est tout trouvé : le métabolisme. Autrement dit, la dépense énergétique globale de notre corps. «Quand on vieillit, celui-ci diminue et fait perdre de la « masse maigre », c’est-à-dire des muscles, à l’organisme. Or, ce sont eux qui nous font dépenser de l’énergie et des calories», explique Alexandra Rétion.

La dégradation du métabolisme se fait de manière progressive. Voici donc pourquoi vous avez certainement senti que votre corps prenait un virage après vos 30 ans. Mais c’est à partir de 40 ans que les choses se gâtent. Vraiment. «Le corps évolue beaucoup plus vite, et il faut redoubler d’efforts et faire du sport pour compenser ces pertes, et entretenir ses muscles», affirme la médecin nutritionniste. Si vous pensiez donc échapper toute votre vie aux joies des cours en salle, vous avez tout faux. Il est grand temps de s’y mettre.

Les changements hormonaux en ligne de mire

Pour toute femme, qui dit quarantaine, dit changements hormonaux. Et pas des moindres : «Au cours de la vie d’une femme, les principales hormones, œstrogènes et progestérone, évoluent en fonction du cycle et de l’âge. Or, généralement durant la ménopause, il arrive que les œstrogènes soient sécrétés en trop grande quantité, ce qui entraîne une prise de poids et un stockage des graisses», prévient le Dr Rétion. Ces divers bouleversements hormonaux vont donc diminuer le fameux métabolisme et favoriser le dévéloppement de notre masse graisseuse… Sans que nous pouvions donc y faire grand chose.

Des différences de genre

Bien sûr, hommes et femmes ne sont pas égaux sur l’autel de la prise de poids. «Les hommes ont moins de problèmes hormonaux et fabriquent donc moins de graisses. Mais ils ont surtout un capital «muscles» bien plus important (et donc un métabolisme plus élevé), ce qui explique pourquoi ils brûlent plus d’énergie». Ce n’est pas la seule injustice : «leur corps n’est pas programmé pour fabriquer de la graisse de réserve pour une éventuelle grossesse. Ils ont donc beaucoup moins à perdre», ajoute Alexandra Rétion.

La faute aux régimes

Si vous avez toujours fait le «yoyo» suite à d’innombrables régimes, ne lisez pas ce qui suit. «Cela va être encore plus dur de perdre du poids. Votre métabolisme s’est adapté à être « privé » de calories, et il fonctionne désormais en mode économie. Résultat, s’il est habitué à ne prendre que des soupes, le jour ou vous ferez un écart il stockera tout sous forme de graisse par peur de manquer», explique Alexandra Rétion.

Autre facteur aggravant : les prises de poids précédentes. «Quand on grossit, les cellules graisseuses se remplissent. Or, lorsqu’elles atteignent leur taille maximale, elles en créent des nouvelles qui ne disparaîtront jamais. Ainsi, même lorsque l’on maigrit, ces dernières finiront par se remplir à nouveau», met en garde la médecin nutritionniste.

Inutile de désespérer en engloutissant un Saint-Félicien entier, résignée. Alexandra Rétion se veut rassurante : «Si vous suivez une bonne hygiène de vie, et que vous écoutez votre corps en réduisant légèrement vos apports énergétiques à partir de la quarantaine, vous arriverez à conserver votre poids de forme. Sans oublier que la prise de poids n’est pas systématique chez toutes les femmes.

Source link

(*) Liens affilés / Images en provenance de Amazon Product Advertising API