Perdre du Poids Rapidement

Tous les articles du web pour savoir comment perdre du poids

Quels médicaments font grossir ?

/
/
/

6 médicaments qui font grossir

quels médicaments font grossir

Les notices de médicaments regorgent d’effets indésirables. Parmi les plus craints, la prise de poids. Si celle-ci n’est pas systématique, certaines classes sont plus à risque que d’autres. Voici lesquelles.

Qui n’a jamais déchiffré la notice d’un médicament, et tremblé à l’évocation de ses effets secondaires ? Même sans souffrir d’hypocondrie, la liste a parfois de quoi effrayer. Au rang des manifestations indésirables, la prise de poids figure en bonne position.

Grossir à cause d’un médicament est loin d’être systématique. Mais certaines classes de médicaments sont, plus que d’autres, associées à quelques kilos en plus. Dans tous les cas, consulter son médecin est une bonne idée si une prise de poids inexpliquée se produit.

La pilule contraceptive agit sur les graisses

En près de 50 ans d’existence, la pilule est la méthode de contraception la plus utilisée en France. Mais comme tous médicaments, elle a ses inconvénients… notamment en ce qui concerne le poids.

Les contraceptifs oraux combinés, qui associent à la progestérone des œstrogènes de synthèse, sont particulièrement concernés. Ils favorisent, en effet, la rétention d’eau et de sel et ont tendance à stimuler l’appétit. Ces hormones féminines activent, par ailleurs, la fabrication de tissu adipeux, particulièrement au niveau des fesses et des cuisses.

Ces effets ne sont pas systématiques. Les pilules récentes, peu dosées, ont moins tendance à agir sur le poids de la patiente. Il est donc important d’échanger avec son médecin généraliste ou son gynécologue. De nombreuses alternatives existent et des méthodes non hormonales peuvent aussi être proposées.

La cortisone favorise la rétention d’eau

La cortisone est largement utilisée en France (Cortancyl®, Solupred®, etc). Maladies articulaires inflammatoires, eczéma, asthme… Ses usages sont multiples. Le problème, c’est que ces médicaments sont craints parce qu’ils sont souvent accompagnés d’une prise de poids.

Ils « favorisent les œdèmes et conduisent à une redistribution des graisses », explique sur The Conversation le Pr François Chast, chef du service de pharmacie clinique des hôpitaux universitaires Paris Centre.

« La cortisone entraîne une rétention de sodium donc d’eau », ajoute le Dr Martial Fraysse, docteur en pharmacie interrogé par Medisite. Cet effet augmente avec la dose qui est administrée et la durée du traitement. Il apparaît surtout dans le cadre de thérapies de longue durée.

Surveiller son alimentation est la seule solution pour éviter une prise de poids. Le sel doit être limité, tout comme les produits laitiers et les sucres rapides. En revanche, augmenter sa consommation de protéines (viande, poisson, œufs) est recommandé.

L’effet rapide des traitements anti-allergies

Au printemps, des milliers de Français.e.s se précipitent en pharmacie pour obtenir ces précieux médicaments qui aident à combattre les allergies respiratoires. Les antihistaminiques (Aerius®, Actifed®, etc) sont connus pour favoriser la somnolence en journée. On ignore plus souvent leur impact sur le poids.

« Ils agissent sur des neurotransmetteurs qui diminuent la sensation de satiété donc augmentent la prise alimentaire », indique le Dr Martial Fraysse. Une augmentation de l’appétence peut aussi se produire.

Contrairement à la cortisone, un traitement court suffit à voir cette prise de poids apparaître. « L’effet peut être visible sur une prise courte, au bout d’une semaine par exemple », souligne le pharmacien.

Y échapper est possible, à condition de ne pas trop changer ses habitudes alimentaires – sans tenir compte de l’augmentation de l’appétit. Par ailleurs, de nombreuses alternatives existent. En parler à son médecin est donc important.

Anxiété : les médicaments augmentent l’appétit

Dans certains cas, la prise de poids associée au traitement médicamenteux peut survenir au pire moment. Cela vaut particulièrement pour les molécules prescrites contre les troubles anxieux, qui appartiennent le plus souvent à la classe des benzodiazépines (Xanax®, Valium®, Lexomil®, etc).

Ces traitements « agissent sur des neurotransmetteurs qui diminuent la sensation de satiété donc augmentent la prise alimentaire », explique Martial Fraysse, pharmacien. Ils peuvent donc augmenter l’appétit, et ce dès le premier mois de traitement.

Cette prise de poids se stabilise généralement entre 8 et 20 semaines, selon les molécules. Si vous en souffrez, en parler avec votre médecin est le meilleur réflexe. Il est aussi possible de limiter l’ampleur de cet effet secondaire en mangeant équilibré, en pratiquant un exercice physique régulier.

Les antidépresseurs diminuent la satiété

Effexor®, Norset®, Zoloft®, Deroxat®… Quel que soit l’antidépresseur que l’on prend, le risque de prise de poids existe. Certains plus que d’autres. « Les antidépresseurs tricycliques (…) exposent à une prise de poids – réversible – très significative : plus de 10 % du poids corporel », chiffre le Pr François Chast.

L’amitriptyline (Laroxyl®) est par exemple associée à 1.8 kg de plus, selon une revue de la littérature. La mirtazapine (Norset®), elle, est liée à une prise de poids d’1.5 kg. Cet effet secondaire apparaît généralement dès le premier mois de traitement.

Ces médicaments « agissent sur les neurotransmetteurs qui peuvent augmenter l’appétit par diminution de la sensation de satiété », détaille Martial Fraysse, pharmacien. L’impact est d’autant plus fort que l’état dépressif est souvent associé à un manque d’activité, ce qui a tendance à aggraver la prise de poids.

Là encore, les solutions sont de manger plus équilibré, faire plus de sport… et surtout de parler avec son médecin. Une psychothérapie peut alors être envisagée, car la plupart des antidépresseurs ont tendance à alourdir.

L’effet paradoxal des antidiabétiques

Quand on souffre de diabète, stabiliser son poids, voire mincir, figure parmi les principales recommandations. Mais d’après une revue de la littérature réalisée par la Mayo Clinic de Rochester (Etats-Unis), certains traitements antidiabétiques sont associés à une prise de poids.

Le tolbutamide (Orinase®) est ainsi lié à 2.8 kg de plus, en moyenne, le glimépiride (Amarel®) à 2.1 kg de plus et la sitagliptine (Januvia®) à 500 grammes de plus. La bonne nouvelle, c’est que d’autres molécules – comme la metformine – ont tendance à faire perdre du poids.

« Certains médicaments induisent une augmentation de la masse grasse par stimulation du stockage dans les adipocytes, les cellules qui constituent le tissu graisseur », explique le Pr François Chast. C’est le cas des traitements par insuline ou sulfamides antidiabétiques.

Source

(*) Liens affilés / Images en provenance de Amazon Product Advertising API